All Posts By:

Ninasca21

MONDE

Egypte : le berceau de la danse orientale

Bienvenue dans le Pays des Pyramides :

L’Egypte le « Berceau de la danse orientale » .

 

Zoom sur la ville

Le Caire, capitale de l’Egypte, est la ville la plus peuplée d’Afrique. Grouillante, polluée, bruyante et sale, elle a de quoi faire fuir. Et pourtant, il y a un « je ne sais quoi » au Caire, qui invite à parcourir cette ville. On s’y attache rapidement. C’est le seul pays où j’ai pleuré en arrivant et pleuré en repartant.

(Vidéo de mon arrivée au Caire ici )

En juillet 2016, j’ ai eu l’occasion de partir en Egypte pendant 15 jours. Un petit cadeau d’anniversaire que je me suis offert et dont je suis assez fière. Je tiens à préciser que je dois l’organisation de ce séjour à Ingrid Facorat , une danseuse et professeure, qui a accepté que je me joigne à elle.  Ingrid a été mariée à un égyptien et connait Le Caire comme sa poche. Son programme, était juste exceptionnel, au-delà de toutes attentes.

Clairement, il y a eu pour moi, en tant que Danseuse et passionnée, un Avant et un Après l’Egypte.

 

Les incontournables

Le Caire est une destination incontournable pour les danseuses orientales mais la ville se parcourt également pour les merveilles qu’elle possède : le musée du Caire, les pyramides de Guizèh, les ruelles du Caire islamique, les mastabas de Saqqarah…

  • Visiter la citadelle du Caire :

Pour moi c’est la plus belle vue du Caire. Un super site historique avec la mosquée Mohammed Ali. Un lieu paisible en décalage avec l’effervescence du Caire. Je vous recommande un guide pour vous raconter l’histoire de cette belle citadelle. L’architecture est de style ottoman.

La citadelle est aussi belle d’extérieur que d’intérieur, le plafond, les lanternes, les colonnes sont splendides.

Pensez à prendre des chaussettes car l’intérieur de la mosquée se visite pied nu sinon vous pouvez prendre des surchaussures (1€). Et pour les femmes pantalons et manches longues sont de rigueurs.

A SAVOIR :  Si vous êtes de nationalité arabe (Nationalité égyptienne tu veux dire, car arabe n’est pas une nationalité)( comme pour la plupart des sites en Egypte) vous pouvez bénéficier  du même prix que les égyptiens 5 LE (n’oubliez pas votre passeport) / 50 LE pour les autres touristes.

 

  • Se promener dans le souk Khan El kalili :

Le souk du Caire, connu sous le nom de Khan El Khalili est un des plus grands du Moyen-Orient. Je vous recommande de vous y rendre accompagné d’un guide:  plus pratique pour se repérer dans les ruelles et visiter la vieille ville. Vous pouvez y faire du shopping (très très économique) ou visiter le souk :

  • Le Caire islamique : visiter les nombreux monuments islamiques, les mosquées, les maisons, les forteresses influencés par la religion et la culture Islamique.
  • La Mosqué  Al-Azhar, dont le nom signifie « la brillante » ou « la splendide » est l’une des principales mosquées et universités du Grand Caire actuel. Son prestige est dû essentiellement à la place que Le Caire occupe dans le monde musulman.
  • El Fishaoui Café, au cœur du souk Khan el-Khalili,  à côté de la grande mosquée el-Hussein, se trouve le café Fishawy (francisé en café Fichaoui). De grands miroirs aux cadres en bois sculpté, des arches au-dessus de chaque entrée : vous êtes transportés en pénétrant dans cet endroit mythique datant de 1849. On s’assoit sur des banquettes autour de petites tables côte à côte, on vous sert un délicieux thé à la menthe fraiche  – le meilleur du Caire selon moi –  et il ne vous reste plus qu’à apprécier.

 

  • Se rendre au Spectacle AL Tanoura :

La troupe se produit 3 soirs par semaine ( le lundi, mercredi et samedi)

Mes impressions : un spectacle authentique, unique, magistral (lien ici). Je suis sortie de là envoutée avec la tête toute étourdie à force de les voir tourner. A aller voir absolument. Excellent rapport qualité/ prix.

Tarif : 30 LE (environ 3€)

Le spectacle : Dans les murs d’un caravansérail édifié au XVI° siècle, une troupe de derviches tourneurs offre un spectacle impressionnant. Ce caravansérail urbain est situé prés de la mosquée Al-Azhar, non loin du fameux souk de Khan El Khalili. Ce cadre unique qui nous replonge dans un passé de plusieurs siècles est en total harmonie avec les chants et les danses du spectacle.

Le nom de derviche tourneur est donné aux membres de la confrérie musulmane masculine soufie des mawlawi en raison de leurs danses caractéristiques. Leurs danses, appelées Sema, forment d’énormes toupies grâce à leurs gestuelles et leurs habits.

Ils tournent d’abord lentement, déploient leurs bras, la paume de la main droite dirigée vers le ciel pour l’accueillir puis accélèrent rapidement afin de rentrer dans une forme de transe. Ces danses sont d’origines sacrées et religieuses.

  • Une soirée cabaret sur un bateau dans le quartier de Zamalek :

Flottant sur le Nil dans le quartier de Zamakek, vous trouverez une succession de Bateaux Cabaret qui font à la fois  restaurants, bars, clubs …

Nous nous sommes rendues plusieurs fois sur le Bateau Blue Nile ( repas était très copieux et très bon ). En première partie de soirée , il y’a des jeunes danseurs et danseuses de folklores puis en seconde partie il y l’entrée de LA danseuse ( dans notre cas l’étoile montante en Egypte :  Sahar Samara). De mémoire on avait payé l’équivalent de 30 euros pour la soirée ( repas + spectacle).

Ce que j’ai aimé : La vue sur le Nil et les bateaux illuminés. La danseuse est accompagnée de ses musiciens et d’un chanteur live. Elle fait deux passages assez longs. J’en ai pris pleins les yeux et plein l’estomac. Top top top !

A SAVOIR : Mieux vaut appeler pour réserver vos places, le restaurant est vite complet ( et ça se justifie)

 

Petite parenthèse Sahar Samara est l’une de mes danseuses préférées. C’est une belle et grande danseuse  qui a un talent de dingue. C’est la Reine du Saidi pour les connaisseuses.

Comme beaucoup d’egyptiennes, elle met des push-up qui hypnotisent et parfois elle frôle le vulgaire , mais honnêtement vu que c’est elle ça passe . J’ai passé plusieurs soirées dans sa loge et elle est super abordable et très décontractée comme fille.

A la fin de la soirée, les clients de la salle se lèvent et dansent sur la piste. Beaucoup de touristes des pays du golfe, c’est assez fun de découvrir leurs danses traditionnelles par la même occasion.

  • Le parc El Azhar

Le parc Al-Azhar est le parc le plus récent du Caire. Il est situé sur une colline, entre la cité des Morts et le quartier Al-Azhars.

Ce parc de 30 hectares est le poumon de la ville : une infinité de palmiers royaux, de manguiers, de bougainvillées, des fontaines, …et même un petit lac.

C’est le rendez- vous des familles et des amoureux, le parc est super romantique et offre une vue magnifique sur la Citadelle et le Vieux Caire.

J’ai apprécié l’atmosphère familiale et locale. Super endroit pour faire des photos.

  • La cité des morts

C’est l’un des plus anciens cimetières musulmans, devenu « la Cité des Morts »  car y vivent environs 2 millions d’habitants.

Les tombes les plus riches sont aménagées en maisons sommaires pour les personnes les plus démunis de la ville ou les nouveaux arrivants migrants venus des campagnes. Bien évidemment l’occupation des caveaux est illégale mais l’exode rural et l’expansion démographique du Caire poussent les autorités à tolérer ce phénomène.

C’est une véritable vie qui cohabite avec les morts. Il y a même des boutiques et tous genres de services y sont proposés ( coiffure, garagiste, salon de massage…).

Triste et dure réalité à découvrir.

  • Louer un Felouque pour une mini- croisière :

Louer un felouque pour une mine-croisière sur le Nil .

Je crois l’un de mes plus beaux souvenirs du Caire. Une pause de tranquillité et de volupté dans la capitale égyptienne.

Le felouque se trouvait sur le Nil en face de l’hôtel Sémiramis.

J’ai adoré notre capitaine et son sourire communicatif. Tu lisais la gentillesse sur son visage .

Possibilité de mettre de la musique sur le felouque mais honnêtement on a toute aimé le silence et la quiétude du bateau à voile.

Prix : Autour de 10 euros à négocier. Nous étions un groupe, donc vraiment pas cher pour une expérience mémorable .

  • Aller visiter le site de Gizeh, les Pyramides, et le Sphinx

Bien sûr l’incontournable quand on est en Egypte c’est d’aller voir les Pyramides.

Un lieu de toute beauté, on s’y sent tout petit, c’est magique !

C’est sur le site de Gizeh , que se trouve les 3 grandes Pyramides : Khéops, Khéphren et Mykérinos.
Je vous recommande d’aller visiter un tombeau de l’intérieur (si vous n’êtes pas claustrophobe bien sûr). C’est une expérience unique et l’ambiance y est très particulière  …

Attention aux vendeurs ambulants, apprendre « la choukrane » pour refuser poliment. Un petit tour en dromadaire possible pour quelques livres.

A savoir : Il y a pas mal de vents donc pensez aux lunettes et au chapeau pour vous en protéger. Ce conseil est valable pour le soleil qui peut taper dur (beaucoup de réverbération).
Ayez sur vous une bouteille d’eau, mais vous pourrez en acheter sur place.

  • Visite de Mar Girgis (Vieux Caire) – quartier Copte :

Le Quartier Copte du Caire en Egypte est le cœur de la vie chrétienne de la ville.

Le Quartier Copte est surtout connu pour abriter un nombre élevé d’église sur un tout petit périmètre.

Alors qu’ils représentent environ 10 % de la population, les chrétiens d’Égypte sont la cible répétée d’attentats de groupes armés, notamment l’État islamique .

J’ai adoré L’Eglise Saint Georges (une beauté incroyable ) et j’ai apprécié également visiter la première synagogue de ma vie : la Synagogue Ben- Ezra.

La Synagogue Ben-Ezra

Cette synagogue est un vrai chef d’œuvre architectural. D’extérieur, elle n’a rien d’exceptionnelle mais l’intérieur est somptueux.  Pourquoi une synagogue dans un quartier chrétien ? En fait, la synagogue appartenait auparavant aux chrétiens qui furent obligés de la vendre car il ne pouvait plus l’entretenir.

L’Eglise Saint Georges

Au cœur du quartier copte, Saint Georges accueille  les visiteurs du monde entier à bras ouverts. L’église fut édifiée au Xe siècle sur le site de l’ancienne forteresse de Babylone du Caire.

Elle est originale par sa taille et sa forme circulaire. Cette église m’a surpris par sa beauté  : une église ronde avec des couleurs vives .
  • Passer une journée à Alexandrie

Nous sommes parties en train du Caire en direction d’Alexandrie (aller : 2h30 environ) .

Attention les trains sont facilement complets et il existe différentes gamme de trains (plus ou moins folkloriques).

A notre arrivée nous avons visiter le phare d’Alexandrie (enfin ce qu’il en reste). En effet l’ancien phare d’Alexandrie a été remplacé par le fort Qaytbay au XVème siècle. Il a été récemment rénové et abrite également un musée de la marine. Très belle visite avec une vue panoramique d’Alexandrie.

L’après- midi nous avons voulu nous baigner , direction la plage privée d’un hôtel haut de gamme (Ingrid nous avait déconseillé les plages publiques j’ai compris après pourquoi). Pour quelques euros on a eu une plage presque privative.

Une simple ligne de bouée partage la page publique, de la page privée  ….de l’autre côté de la ligne c’était une véritable marée humaine . Horrible, je n’avais jamais vu une telle densité de personnes dans la mer. Je ne vous parle pas des regards des hommes quand je suis partie me baigner….l’impression d’être un bout de viande qu’on agite devant des crocodiles affamés. Je me suis empressée de rentrer sur la plage et c’était pas vraiment un bon souvenir.

Pour finir sur une bonne note : lors de notre retour en train, il n’y avait plus de places assises pour nous et, à ma grande surprise , plusieurs hommes se sont relayés à tour de rôle pour nous laisser une place. Très gentlemen .

Pour les danseuses

  • Se rendre chez  une couturière

Il existe de nombreux et nombreuses couturières en Egypte, tels que:

Pour notre part, nous nous sommes rendues dans l’atelier de Eman Zaki .

Il faut savoir que Eman Zaki et un peu la Coco Chanel en Egypte et ses robes ne sont pas données (prix moyen : 550 euros)

Elle nous a reçu dans son atelier, une cigarette à la main, en tout décontraction. Lors de ce rendez- vous on a essayé des costumes, passé des commandes pour se faire faire un costume sur-mesure et admiré ses nombreux costumes .

 

  • Prendre un cours particulier de danse orientale :

Tous les matins nous avions notre professeur égyptien qui se rendait chez Martine et nous faisait travailler un thème en particulier ( baladi , old school, melaya …). Niveau pédagogie c’était pas trop ça ( en Europe nous sommes habituées à quelque chose de plus académique) mais il nous a quand même appris pas mal de mouvements et d’attitudes que je ne connaissais pas.

  • Aller voir danser Dina :

Dina c’est l’une des plus grandes danseuses d’Egypte . Elle a commencé très tôt à danser  et n’a jamais arrêté malgré la pression sociale, religieuse et politique en Egypte. Elle a écrit un livre en collaboration avec un écrivain français que je recommande Ma liberté de danser . Dans ce livre Dina explique son parcours et  les raisons liés au changement de la vision de la danse orientale : des raisons politiques et économiques. En effet la société a changé en Egypte et  beaucoup de danseuses égyptiennes ont abandonné suite à la pression qu’elles ont subie, ou quelque fois par choix.

Dina danse toujours dans l’un des plus chics hôtel du Caire : l’hôtel Semiramis . Vous pouvez aller diner là-bas et la voir danser avec son orchestre pour $100 avec repas ( environ 85 euros ).

 

  • Une soirée dans un Shaaby boat :

Qui n’a jamais entendu parler de ces célèbres Shaaby boats amarés sur les rives du Nil au Caire, où l’on va se déhancher à la nuit tombée sur les airs à la mode : Shaaby, Hip Hop, mahragan, et bien d’autres styles. Une expérience fun juste pour le plaisir de danser et pour l’ambiance typiquement cairote.

Lors de notre séjour nous avons cherché un shaaby boat mais n’y sommes pas parvenus . Il semblerait qu’une règlementation les limite désormais … dommage …on peut toujours en privatiser un mais le prix n’est pas le même.

  • Visiter le musée d’Oum Kalsoum

Prix d’entrée : 6 livres EGP: 0.20 cts euros

La célèbre chanteuse égyptienne Oum Kalsoum a un petit musé au bord du Nil, au Caire. Je vous conseille de le visiter (durée maximum 1h ). Le cadre est splendide, c’est un endroit idéal pour prendre des photos.

Le musée est près du Nilometer (en fait directement à côté), donc vous pouvez visiter les deux en même temps.

Sur les murs, des montages photos représentent la vedette dans la vie de tous les jours, lors de ses spectacles, lors de ses visites officielles. Y sont également exposées quelques robes de gala, des effets personnels, son premier contrat à la radio, des disques, des vieilles radios, des médailles du mérite obtenues dans les pays du Moyen-Orient.

 

Ma plus belle rencontre : Omar

C’est un chauffeur de taxi que j’ai rencontré dès mon premier jour en Egypte. Moi qui m’étais promise d’être le plus discrète possible sur les raisons de ma venue au Caire …  Omar a fait tomber mon masque dès le départ.

Notre rencontre est assez longue et improbable. Je me suis très vite attachée à lui, malgré la barrière de la langue, j’ai aimé chaque moment de partage avec lui.

J’ai découvert en lui une âme sensible. Il est rempli de talent et il est complètement foufou.

Je me rappellerai toujours son improvisation en percussion dans le taxi … avec … une bouteille d’eau ha ha ha ..(le lien de la video ici)

Et notre soirée à danser dans le salon de Martine ( un petit extrait ici)
Je n’oublierai jamais ce moment. La musique il l’a dans le sang, comme la plupart des égyptiens.Tout est improvisé , tout est spontané , et rien est plus naturel . Il me fait des mimiques et des gestes que je n’avais vu en cours auparavant. J’adore .

On s’éclate, on transpire, on rigole. Je le regarde et je me dis qu’un homme qui danse ça ne me choque pass,  il est beau !

Voici ces mots avant que je quitte l’Egypte  » tu as de la chance d’être dans un pays où tu peux exercer tes passions et être qui tu es vraiment  » . Il a raison j’ai de la chance de vivre en France !

Omar une belle âme sensible qui m’a touchée et émue pour toujours.

Où dormir

Chez Martine je me suis trouvée comme à la maison , c’est une femme ouverte et adorable (couturière et cuisinière à ses heures perdues ) . Elle et son mari Nasr ont été de très bons conseils et très disponibles pour nous. Le quartier est chic. Je recommande.

Voici la vidéo de son appartement:  Martine vous accueille au Caire !

« Situé dans le sympathique quartier de Zamalek, proche du centre ville et de la désormais place mythique de Tahrir, Martine vous reçoit dans un appartement sympathique, calme qui vous offrira tout le confort dont vous aurez besoin après vos journées passées dans cette ville au charme millénaire. Animée et toujours fascinante, le souvenir de votre passage au Caire  restera gravé longtemps dans votre mémoire.

Martine et Nasr se feront un plaisir de vous donner quelques conseils avisés afin d’assurer la réussite de vos vacances et vous faire découvrir les endroits que vous rêvez de voir depuis longtemps. »

TARIFS :

chambre simple   30€ –  34$
chambre double   35€ –  41$
chambre triple     45€ –  53$

Comment aller en Egypte

Pour me rendre en l’Egypte, j’ai choisi l’option passage par la ville de Caire ( capitale d’Egypte).

Au départ de Paris, j’ai préféré voyager avec la compagnie Alitalia et faire une escale Rome.

Il y aussi des vols directs avec Egyptair.

Période : Juillet – j’en ai eu pour 490 euros aller-retour.

A savoir : Le visa se fait au guichet à l’arrivée de l’aéroport en Egypte.

 

Prochain article : Maroc : « Chefchaouen, la perle bleue du Maroc »

 

 

 

 

MONDE

MAROC: Trek dans l’Atlas Marocain

Départ pour l’une de mes plus belles aventures :

Un trek dans l’Atlas Marocain.

Pour tout vous dire je suis partie à Marrakech, comme bien souvent dans mes voyages, sans n’avoir rien programmé. Comme je le dis souvent , c’est dans les voyages où l’on ne prévoit rien qui se passe le plus de choses surprenantes.

Voici un des voyages le plus improbable de ma vie.

J’ai fait la connaissance de Mehdi et Amal lors de mon deuxième jour à Marrakech, par hasard, en me réveillant à 5h du mat’ ( oui je sais qu’est ce que je faisais debout à 5h du mat en réalité je m’étais couchée la veille à 20h)…ils m’annoncent qu’il partent pour un  « trek dans l’Atlas marocain » dans l’après midi et que si je le souhaite, je peux partir avec eux..

Rien que l’annonce de ce voyage me fait rêver.

Ni une ni deux , je laisse ma valise à l’auberge de jeunesse et nous voici partis à l’aventure … absolument pas programmé mais c’est ce que j’adore dans l’imprévu… je quitte mon confort pour vivre pendant trois jours avec ma sacoche d’appareil photo (avec à peine la place de mettre ma brosse à dent)

Après avoir pris un taxi privé au départ de Marrakech et en direction Imlil , je découvre avec surprise  « le refuge » où nous allons dormir pour la nuit…

 

La définition d’un refuge de montagne est un bâtiment situé en montagne et destiné à fournir abri et éventuellement nourriture aux alpinistes et randonneurs. En gros, tu t’attends à un abri d’une pièce très sommaire où tous les randonneurs dorment en dortoir.

Et bien pas à Imlil, le refuge était digne des Mille et une nuits …un véritable petit palais perché dans les montagnes. Nous avons eu le droit à un accueil à la marocaine pour nous souhaiter la bienvenue : thé et gourmandises servis par Medhi.

Je réalise la chance que j’ai de vivre tout ça… je le répète rien ne me destinait dans ce voyage à être là et avec ces personnes .

Le soir, je découvre le groupe de tunisiens avec qui je partirai le lendemain matin pour commencer l’ascension.

Nous avons le droit à un repas dans la pure tradition tunisienne et cuisiner, tenez vous bien… par les hommes !

 

Je suis la seule française et je m’intègre comme un poisson dans l’eau. Une soirée à rire, chanter, et des discussions interminables au chevet du lit sur le sens de la Vie….

Après une nuit au palais des Mille et une nuit, nous avons le droit à un petit déjeuner Royal avant d’attaquer l’ascension des montagnes d’Imlil.

 

Zoom sur la ville

Et voici Imlil, un village situé dans le Haut Atlas à 1 740 m d’altitude , aux portes du parc national de Toubkal. Le village est  appelé aussi « petite chamonix ».

C’est le point de départ pour l’ascension du mont Toubkal, dont le sommet est le plus haut du Maroc et de l’Afrique du Nord.

3 755 Mètres d’altitude quand même !

On peut y accéder depuis Marrakech en voiture (64km) via Asni et depuis Taroudant par le col du Tizi-n-Test.

La team♥

Je suis heureuse d’avoir rencontré chacun d’entre eux  : ils avaient une ouverture d’esprit et une bonne humeur  qui me marqueront à jamais.

Let’s trekking . Nous commençons l’ Ascension  des Montagnes d’Imlil

On grimpe le mont Toubkal et découvre de jolies montagnes parsemées de neige.
C’est étrange de se dire qu’à quelques kilomètres de Marrakech  où il fait très  chaud nous avons toutes ces montagnes enneigées.

Après quelques heures de marche , c’est le moment des aurevoirs .
Mon avion part le lendemain et je le savais , c’était la condition, je quitte le trek à mi-chemin pour rentrer sur Marrakech, seule . Je suis riche de tous leurs sourires, leur état d’esprit, et de chaque moment passé à leurs côtés.

 

Sur mon retour seule, je savoure ce moment de total Liberté.
L’impression d’avoir la Nature pour moi « toute seule « . Un paysage sans limites , sans frontière , un paysage infini juste pour moi. Je kiffe.
Je me sens plus Libre que jamais.
J’ en profite pour repenser à chaque moment passé et je réalise que je suis déjà dans la nostalgie de ce séjour improbable. Ce que je ne savais pas encore c’est que ce n’était pas fini …
Je ne suis pas seule dans ces montagnes. Il y ‘ a les bergers que je croise, les animaux qui m’entourent , les personnes qui traversent ces montagnes mais pas par plaisir . Ce ne sont pas des randonneurs mais des habitants qui traversent les montagnes pour passer de village en village à dos d’âne ou à pieds.
Après quelques heures de marche, il m’est arrivé quelque chose d’étrange , des oiseaux noires ont commencé à tourner en rond au dessus de ma tête ( je vous jure j’avais rien fumé ce jour là).
Je veux poursuivre mon chemin mais impossible, les oiseaux m’empêcher presque d’avancer.
Je me rappelle que j’avais trouvé leur comportement  tellement bizarre que je les avais filmé .
Croyez moi ou non , au moment où je me suis arrêtée pour les filmer, j ‘ai réalisé que j’étais en train de faire fausse route et en tournant la tête j ‘ai réalisé qu’il fallait que je prenne le chemin sur ma droite en descendant .
Waw incroyable, quelle chance, ces oiseaux m’ont clairement éviter de me perdre ….
Une protection dont j’avais bien besoin ,
Après une heure de descente je trouve une petite fille assise sur un muret ….
Elle est seule , et elle me semble si jeune. Elle me voit arriver et se cache le visage . Je m’approche et c’est alors que je découvre une ribambelle d’enfants , tous aussi mignons les uns que les autres. Ils ont tous un point en commun : leurs joues rosies par le froid. J’ai beau regarder autour je ne vois toujours pas d’adultes. Il me regarde bizarrement (normal je suis seule et sortie de nulle part), je décide alors de m’arrêter un instant ….
Ils ne parlent pas français, j’avais envie de passer un moment avec eux, j ‘ai alors décidé d’improvisé un jeu … « Un, deux, trois soleil » !
Malgré la barrière de la langue, les enfant comprennent très vite le jeux. La suite c’est que du bonheur.
On rigole, ils gagnent , ils perdent, ils tombent. Ils ne voulaient plus s’arrêter . Les enfants et tout ce qu’ils peuvent nous transmettre comme joie de vivre quoi !
Je veux immortaliser leur visage alors je me prête à une petite séance photo.
Je crois que pour la plupart, ils n’avaient jamais vu d’appareil photo. Ils s’amusent à poser, à regarder mon appareil photo et à se voir en photo.
Pause photo entre filles.
Elles sont pas trop mignonnes ?
Le moment des aurevoirs est arrivé. Tous les enfants se sont jetés sur moi pour me faire des bisous ( je suis même tombée de surprise ha ha ) .
En réalité c’est moi qui ne savait pas comment les remercier , ils venaient de me remplir d’amour en une fraction de seconde et je n’était pas prête de l’oublier.
Après les avoir quitté, j’ai repensé à quand j’étais adolescente et que je m’imaginais dans le futur en train de voyager seule autour du monde . Et bien c’était exactement ce genre de moment que je rêvais de vivre . Des moments simples, authentiques et remplie d’humanité.
A ce moment là , j ‘ai réalisé que j’avais fait les bon choix dans ma vie, que j’étais à la place où je rêvais d’être et à l’endroit où je devais être!

COMMENT JE M’Y SUIS PRISE

Où dormir

Riad Atlas Toubkal : voici le palais Mille et une nuit où nous avons dormi avant l’ascension. En réalité c’est un Ecolodge.

Situé dans le village d’Imlil, le Riad Atlas Toubkal dispose de 2 terrasses avec vue sur l’Atlas. Vous pourrez vous détendre dans le hammam et profiter gratuitement de la connexion Wi-Fi fournie dans les parties communes.

Décorées dans un style marocain traditionnel avec des tissus colorés, les chambres climatisées du Riad Atlas Toubkal offrent une vue sur les montagnes et la campagne.

L’établissement sert chaque matin un petit-déjeuner continental. Pour le dîner, le riad peut vous préparer, sur demande, des spécialités marocaines à savourer dans la salle à manger.

Sur place, vous pourrez emprunter des vêtements traditionnels et des chaussons, ou encore louer des vélos. Le personnel du riad peut également organiser vos transferts aéroport.

L’aéroport international de Marrakech est situé à 1h30 de route du riad, et vous pourrez faire de la randonnée dans les environs.

Cet établissement a également été bien noté pour son excellent rapport qualité/prix à Imlil ! Les clients en ont plus pour leur argent en comparaison avec d’autres établissements dans cette ville.

 

BENEFICIEZ DE 15 Euros de REDUCTION AVEC MON LIEN DE PARRAINAGE BOOKING

 

 

 

https://www.booking.com/s/21_8/96f9a934

( Valable pour tout le monde même si vous avez déjà réservé sur Booking, il suffit juste de créer un nouveau compte avec mon lien)

Comment aller à Imlil

Pour me rendre à Imlil, je me suis d’abord rendu en avion à Marrakech ( la ville rouge du Maroc ).

Au départ de Paris, il y a Ryanair qui propose souvent des prix attractifs pour Marrakech.

Période : Janvier – j’en ai eu pour 100 euros aller-retour.

Durée vol : 3 heures

Décalage horaire : 1 heure

 

Comment aller de Marrakech à Imlil

De Marrakech rejoindre Imlil en Taxi

Deux options s’offrent à vous :

  • Taxi privé à la journée : environ 700 dirhams , 70 euros environ la journée
  • Taxi collectif appelé aussi  » Grand taxi » : ( faut pas être pressé , le taxi s’arrête pour chaque passant du bord de la route qui souhaite monter ) . S’il n’y a pas de direct Imlil, prenez en  un pour Asni, beaucoup plus fréquents, et à Asni il y a correspondance pour Imlil. Prix d’un aller : 50 dirhams : 5 euros

J’ai fait les deux et ça se fait très bien. Pour le taxi collectif c’est le transport qu’utilise les locaux donc si vous aimez la tranquillité et le confort je vous le déconseille. Les trajets sont souvent folkloriques.

 

 

Mes plus belles rencontres

Ce voyage a été encore une fois riche en belles rencontres . J’aimerais vous présenter Mehdi et Amal sans qui je n’aurai pas pu vivre tout ça.

Amal

C’est une tunisienne de mon âge, elle devait se marier quelques mois après le trek. Elle rêve de voyage, d’indépendance et d’aventure. Elle sort des codes car c’est très rare de voir une femme tunisienne voyager seule sans son mari. On s’est entendue     de suite, c’est comme si on se connaissait depuis toujours (l’impression d’être à l’aise avec elle comme si c’était ma soeur).

Comme je l’ai écrit, j ‘ai du partir à mi-chemin pendant l’ascension mais Amal est la seule du groupe(fille et garçon confondus) à avoir été jusqu’au bout et à avoir touché le sommet du Mont Toubkal. Aucune préparation physique. C’est dans la tête.

Bravo Amal !

Aujourd’hui elle continue toujours à voyager .

Mehdi

C’est l’organisateur de ce trek , il est tunisien , et c’est un très très très grand sportif.

C’est un enfant de diplomate , il avait une vie toute tracée devant lui , dans un bureau à gérer les affaire diplomatiques de son pays. Il a essayé mais il a fuit . Ce n’était pas lui. Mehdi est un grand sportif et un grand aventurier . Grâce à son statut de diplomate il a pu obtenir des visas facilement et voyager dans le monde entier . A notre rencontre il commençait à organiser des voyages aventures, aujourd’hui il est sponsorisé par des marques de sport pour aller faire les treks les plus incroyables de la planète. Respect !

 

 

MONDE

CHEFCHAOUEN : La perle bleue du Maroc

Bienvenue dans une de mes villes coups de coeur au Maroc :

Chefchaouen la « Perle bleue du Maroc » .

Pour tout vous avouer j’ai découvert cette ville totalement par hasard lors d’un premier séjour à Fes.

Chefchaouen avait été une excursion de mon voyage qui avait duré quelques heures ( le trajet aller retour Fes-Chefchaouen nous contraignait à ne pas rester davantage) et quel dommage  … Je suis littéralement tombée sous le charme de cette ville bleue aux allure d’Aladin et Jasmine. Je m’étais promis d’y revenir pour la découvrir davantage : chose promise chose due . Me voici partir pour 5 jours dans cette ville bucolique.

Zoom sur la ville

Cette cité berbère du Nord- Ouest marocain ( 2H de Tanger et 3H  de Fez) est une ville surprenante car elle a été entièrement repeinte en bleue il y’a une vingtaine d’année. Ce fut une idée des femmes pour attirer les touristes : elles ont vu juste car cet endroit est unique en son genre. Les touristes du monde entier s’y rendent pour la visiter.

Vous l’avez compris le bleu est la couleur dominante  : c’est un bleu à la chaux, doux , minéral, profond. Enveloppant et chaleureux : il s’en dégage une impression de bien-être. Non seulement il reflète la lumière du soleil, gardant l’intérieur des maisons au frais, mais aussi il éloigne les moustiques…

Cette petite ville est située aux pieds de la chaîne des montagnes du Rif . C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle s’appelle Chefchaouene .

Chouf = regarde et Chaouene = les cornes , mot à mot : regarde les cornes , en rapport aux  deux crêtes qui dominent le village.

Chefchaouen est une ville simple qui est appréciable pour sa douceur de vivre . Il faut la visiter en se perdant de ruelles en ruelles…on y retrouve souvent le même décore pittoresque : des maisons recouvertes de bleu dégradé , des toits couverts de tuiles et des patios ombragés par un arbre fruitier.

Les Incontournables 

    • Se balader à pied de ruelles en ruelles. N’ayez pas peur de vous perdre dans ce layrinthe toutes les rues mènent à la place principale : Outa el Hammam .
    • Voir un coucher du soleil du haut de l’église Espagnole. Vous aurez une vue surplombante sur la ville , et un dégradé de couleurs super  romantique.

    • Visiter la Kasbah de Chefchaouen et son  musée ethnologique qui propose une grande collection d’art populaire et de pièces artisanales du nord du Maroc. Entrée : 10 dirhams .
  • Si vous avez le temps : je vous recommande de sortir de la Medina pour accéder à la réserve naturelle Toulemmane. Vous aurez une vue en hauteur de Chefcahouene mais également accès au côté nature sauvage des montagnes du Rif.

 

Comment aller de Fes à Chefchaouen

Pour aller de Fes à Chefchaouen, j’ai d’abord pris un bus depuis la gare routière de Fes. Attention prévoir de réserver vos tickets aller et retour à l’avance . Bus de la compagnie CTM souvent complet. Prix : 75 DIRHAMS ( environ 7 euros ). Le bus ne dépose pas au pied de la ville mais à quelques kilomètres, il faut alors prendre un taxi collectif pour rejoindre Chefchaouen. Pas de crainte le chauffeur veille à ce que vous trouviez quelqu’un qui vous y emmène.

Enfin si vous souhaitez davantage de confort et de flexibilité, il reste l’option d’une location de voiture ou d’une excursion avec chauffeur privé. Budget plus conséquent mais solutions tout à fait envisageables .

Où dormir

Je recommande l’établissement « Dar El Rio » situé au pied de la rivière de Chefachaouene à 3 min à pied de la place principale.

Budget pour une nuit en dortoir : 15 euros par personne.

J’ ai aimé la décoration très soignée, la propriété des lieux , la terrasse avec une vue à 360 degrés et l’accueil plus qu’attentionné des deux réceptionnistes : Oualid et Soufiane. Ambiance paisible et détendue avec le bruit de la rivière en arrière fond .

Je m’y suis sentie tellement bien que j’ ai annulé mes autres réservations pour continuer mon séjour.

 

L’hôtel comprend aussi d’autres chambres doubles qui sont juste à tomber par terre. Le luxe que je n’ ai pas pu m’offrir. Personnellement mon budget me permettait de dormir en dortoir et j’ai adoré mon lit en mode « troglodyte « .

Gros plus pour les petits déjeuners qui sont tellement copieux que je n’avais plus besoin de déjeuner 😉

 

Comment aller à Chefchaouen

Pour me rendre à Chefchaouen, j ‘ai choisi l’option passage par la ville de Fes ( capitale culturelle du Maroc , très jolie ville à visiter).

Au départ de Paris, il y a Ryanair qui propose souvent des prix attractifs pour Fes.

Période : Février – j’en ai eu pour 50 euros aller-retour.

Comment aller de Fes à Chefchaouen

Pour aller de Fes à Chefchaouen, j’ai d’abord pris un bus depuis la gare routière de Fes. Attention prévoir de réserver vos tickets aller et retour à l’avance . Bus de la compagnie CTM souvent complet. Prix : 75 DIRHAMS ( environ 7 euros ). Le bus ne dépose pas au pied de la ville mais à quelques kilomètres, il faut alors prendre un taxi collectif pour rejoindre Chefchaouen. Pas de crainte le chauffeur veille à ce que vous trouviez quelqu’un qui vous y emmène.

Enfin si vous souhaitez davantage de confort et de flexibilité, il reste l’option d’une location de voiture ou d’une excursion avec chauffeur privé. Budget plus conséquent mais solutions tout à fait envisageables .

Ma plus belle rencontre 

Mohamed , un prénom pas très original lorsqu’on apprend que la quasi-totalité des hommes de cette ville s’appelle comme ça. Je dois dire que ce Mohammed m’a particulièrement marqué. Je l’ai rencontré en rentrant d’une promenade et donc à quelques pas de mon hôtel. Ma curiosité ma gourmandise m’ a poussé à franchir la porte du fourneau où il travaillait. Mohammed est boulanger et travaille dans le plus vieux fourneau de Chefchaouen  (resté totalement dans son jus). Je lui ai achèté quelques gâteaux puis il m’a invité à les gouter accompagné d’un thé maison.

Je rentre dans le fourneau et je découvre un homme d’une simplicité déconcertante avec un sourire qui en dit long sur sa personne. Il me parle de son four, et de lui . Il n’a jamais été à l’école ( No school, no school me répètait-il souvent) pourtant il connait les bases de beaucoup de langues. Il apprend grâce à ses clients. Il est curieux et aiment faire plaisir aux autres. Il me voit intéressée par son travail et me propose de préparer les gâteaux avec lui le lendemain matin. Je n’hésite pas une seule seconde .

 

Après mon premier atelier boulangerie , je suis passée tous les jours lui rendre visite. Un vrai partage humain. Mohammed n’a pas grand chose . Il travaille très très dur ( levé 3h sans pause jusqu’à 21h où il rejoint sa femme et ses enfants) et avec le strict minimum : pas d’électricité , pas de machine pour l’aider. C’est un travail épuisant qui lui laisse peu de répi, pourtant je le vois, il aime son travail et ne se plaint pas. Sa joie de vivre et son sourire ne le quitte jamais.

En plus d’être un excellent boulanger, Mohamed est une très belle personne. N’hésitez pas à lui rendre visite. Son fourneau et juste un peu avant le pont de la rivière et à quelques pas de l’hôtel Dar el Rio.