MONDE

CHEFCHAOUEN : La perle bleue du Maroc

Bienvenue dans une de mes villes coups de coeur au Maroc :

Chefchaouen la « Perle bleue du Maroc » .

Pour tout vous avouer j’ai découvert cette ville totalement par hasard lors d’un premier séjour à Fes.

Chefchaouen avait été une excursion de mon voyage qui avait duré quelques heures ( le trajet aller retour Fes-Chefchaouen nous contraignait à ne pas rester davantage) et quel dommage  … Je suis littéralement tombée sous le charme de cette ville bleue aux allure d’Aladin et Jasmine. Je m’étais promis d’y revenir pour la découvrir davantage : chose promise chose due . Me voici partir pour 5 jours dans cette ville bucolique.

Zoom sur la ville

Cette cité berbère du Nord- Ouest marocain ( 2H de Tanger et 3H  de Fez) est une ville surprenante car elle a été entièrement repeinte en bleue il y’a une vingtaine d’année. Ce fut une idée des femmes pour attirer les touristes : elles ont vu juste car cet endroit est unique en son genre. Les touristes du monde entier s’y rendent pour la visiter.

Vous l’avez compris le bleu est la couleur dominante  : c’est un bleu à la chaux, doux , minéral, profond. Enveloppant et chaleureux : il s’en dégage une impression de bien-être. Non seulement il reflète la lumière du soleil, gardant l’intérieur des maisons au frais, mais aussi il éloigne les moustiques…

Cette petite ville est située aux pieds de la chaîne des montagnes du Rif . C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle s’appelle Chefchaouene .

Chouf = regarde et Chaouene = les cornes , mot à mot : regarde les cornes , en rapport aux  deux crêtes qui dominent le village.

Chefchaouen est une ville simple qui est appréciable pour sa douceur de vivre . Il faut la visiter en se perdant de ruelles en ruelles…on y retrouve souvent le même décore pittoresque : des maisons recouvertes de bleu dégradé , des toits couverts de tuiles et des patios ombragés par un arbre fruitier.

Les Incontournables 

    • Se balader à pied de ruelles en ruelles. N’ayez pas peur de vous perdre dans ce layrinthe toutes les rues mènent à la place principale : Outa el Hammam .
    • Voir un coucher du soleil du haut de l’église Espagnole. Vous aurez une vue surplombante sur la ville , et un dégradé de couleurs super  romantique.

    • Visiter la Kasbah de Chefchaouen et son  musée ethnologique qui propose une grande collection d’art populaire et de pièces artisanales du nord du Maroc. Entrée : 10 dirhams .
  • Si vous avez le temps : je vous recommande de sortir de la Medina pour accéder à la réserve naturelle Toulemmane. Vous aurez une vue en hauteur de Chefcahouene mais également accès au côté nature sauvage des montagnes du Rif.

 

Comment aller de Fes à Chefchaouen

Pour aller de Fes à Chefchaouen, j’ai d’abord pris un bus depuis la gare routière de Fes. Attention prévoir de réserver vos tickets aller et retour à l’avance . Bus de la compagnie CTM souvent complet. Prix : 75 DIRHAMS ( environ 7 euros ). Le bus ne dépose pas au pied de la ville mais à quelques kilomètres, il faut alors prendre un taxi collectif pour rejoindre Chefchaouen. Pas de crainte le chauffeur veille à ce que vous trouviez quelqu’un qui vous y emmène.

Enfin si vous souhaitez davantage de confort et de flexibilité, il reste l’option d’une location de voiture ou d’une excursion avec chauffeur privé. Budget plus conséquent mais solutions tout à fait envisageables .

Où dormir

Je recommande l’établissement « Dar El Rio » situé au pied de la rivière de Chefachaouene à 3 min à pied de la place principale.

Budget pour une nuit en dortoir : 15 euros par personne.

J’ ai aimé la décoration très soignée, la propriété des lieux , la terrasse avec une vue à 360 degrés et l’accueil plus qu’attentionné des deux réceptionnistes : Oualid et Soufiane. Ambiance paisible et détendue avec le bruit de la rivière en arrière fond .

Je m’y suis sentie tellement bien que j’ ai annulé mes autres réservations pour continuer mon séjour.

 

L’hôtel comprend aussi d’autres chambres doubles qui sont juste à tomber par terre. Le luxe que je n’ ai pas pu m’offrir. Personnellement mon budget me permettait de dormir en dortoir et j’ai adoré mon lit en mode « troglodyte « .

Gros plus pour les petits déjeuners qui sont tellement copieux que je n’avais plus besoin de déjeuner 😉

 

Comment aller à Chefchaouen

Pour me rendre à Chefchaouen, j ‘ai choisi l’option passage par la ville de Fes ( capitale culturelle du Maroc , très jolie ville à visiter).

Au départ de Paris, il y a Ryanair qui propose souvent des prix attractifs pour Fes.

Période : Février – j’en ai eu pour 50 euros aller-retour.

Comment aller de Fes à Chefchaouen

Pour aller de Fes à Chefchaouen, j’ai d’abord pris un bus depuis la gare routière de Fes. Attention prévoir de réserver vos tickets aller et retour à l’avance . Bus de la compagnie CTM souvent complet. Prix : 75 DIRHAMS ( environ 7 euros ). Le bus ne dépose pas au pied de la ville mais à quelques kilomètres, il faut alors prendre un taxi collectif pour rejoindre Chefchaouen. Pas de crainte le chauffeur veille à ce que vous trouviez quelqu’un qui vous y emmène.

Enfin si vous souhaitez davantage de confort et de flexibilité, il reste l’option d’une location de voiture ou d’une excursion avec chauffeur privé. Budget plus conséquent mais solutions tout à fait envisageables .

Ma plus belle rencontre 

Mohamed , un prénom pas très original lorsqu’on apprend que la quasi-totalité des hommes de cette ville s’appelle comme ça. Je dois dire que ce Mohammed m’a particulièrement marqué. Je l’ai rencontré en rentrant d’une promenade et donc à quelques pas de mon hôtel. Ma curiosité ma gourmandise m’ a poussé à franchir la porte du fourneau où il travaillait. Mohammed est boulanger et travaille dans le plus vieux fourneau de Chefchaouen  (resté totalement dans son jus). Je lui ai achèté quelques gâteaux puis il m’a invité à les gouter accompagné d’un thé maison.

Je rentre dans le fourneau et je découvre un homme d’une simplicité déconcertante avec un sourire qui en dit long sur sa personne. Il me parle de son four, et de lui . Il n’a jamais été à l’école ( No school, no school me répètait-il souvent) pourtant il connait les bases de beaucoup de langues. Il apprend grâce à ses clients. Il est curieux et aiment faire plaisir aux autres. Il me voit intéressée par son travail et me propose de préparer les gâteaux avec lui le lendemain matin. Je n’hésite pas une seule seconde .

 

Après mon premier atelier boulangerie , je suis passée tous les jours lui rendre visite. Un vrai partage humain. Mohammed n’a pas grand chose . Il travaille très très dur ( levé 3h sans pause jusqu’à 21h où il rejoint sa femme et ses enfants) et avec le strict minimum : pas d’électricité , pas de machine pour l’aider. C’est un travail épuisant qui lui laisse peu de répi, pourtant je le vois, il aime son travail et ne se plaint pas. Sa joie de vivre et son sourire ne le quitte jamais.

En plus d’être un excellent boulanger, Mohamed est une très belle personne. N’hésitez pas à lui rendre visite. Son fourneau et juste un peu avant le pont de la rivière et à quelques pas de l’hôtel Dar el Rio.

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply